HISTOIRE DES FANG

 Bref rappel historique

 

L’origine des Madzona (fan)

 

Disposant de très peu d’information précises écrites sur l’histoire des madzona c'est-à-dire le peuple fan nous nous contenterons des données de la tradition orale,puis nous rapporterons les quelques hypothèses en notre connaissance,qui ont été émises à ce jour sur l’habitat originel des Fan.

 

Les études effectuées par G BALANDIER au woleu Ntem  situe  l’établissement des fans dans la deuxième moitié du 18ème siècle.

 

E.TREZENEM rapporte que les « fang seraient parvenus dans le moyen Ogooué au début du 19ème siècle et leur arrivée sur l’estuaire doit se situer  vers 1850.

A l’extrême de leur poussée, ils atteignirent la région de Sette-Cama vers 1890.

 

            Entre autres, P.ALEXANDRE s’est intéressé aussi au problème des origines de ce peuple. Mais soulignons d’abord l’hypothèse du père TRILLES situant l’habitat originel des Fan au soudan  Oriental.

 

            Une autre hypothèse et probablement la plus ancienne.

Elle fut formulée par le révérend père   TRILLES qui situe l’habitat originel des Fan dans la région d’Afrique où prennent naissance les affluents du Nil, aux environs de Fachoda. Selon cet auteur, les Fan sont chassés dans cet habitat originel par les Benvu. Une première migration les conduit dans une région où coule une large rivière et où se trouve un immense marais.

 

            Un certain auteur du nom M.BARRET a assimilé cette rivière au Bar El Ardh (fleuve coulant parallèlement au Chari) et l’immense marais au lac Tchad.

 

Les fan sont de nouveau chassés de cette région par des guerriers Baghirmi.ils entament  alors une longue migration à travers le Cameroun par une rivière identifiée par P.ALEXANDRE comme étant la Sangha. C’est au moment de la traversée de cette rivière qu’intervient la séparation.

            Les groupes qui avaient traversés le fleuve sont probablement ceux dont sont issus les fan du Gabon, Guinée équatoriale. Le groupe qui s’était fixé de l’autre coté du fleuve est celui dont sont issus les Bulu et les Beti  du Cameroun.

 

            Ces différentes thèses s’appuient exclusivement sur l’usage du Mvett (cordophone de raphia) entre les « Pahouins », les peuples de la république  centrafricaine.

Dans celui-ci l’auteur relate le récit d’AFIRIKARA   en qui les fan voient leur ancêtre commun .ce récit fait état d’une origine  septentrionale du groupe pahouin  viendrait du nord-est de leur pays actuel.

 

            On raconte qu’Afirikara fondateur du groupe Madzona (Beti ;Bulu ;Fan ;okack ;Mvèn ;Ntumu ;Eton ;Bene ;Zaman etc..) eut six enfants dont une fille l’aîné s’appelait Fan Afiri,le deuxième Okack-afiri,les jumeaux Mevu-M’affiri  et Ndene Afiri, le cinquième Ntumu-afiri et la fille Ngè-afiri.

Ces derniers viendraient d’oküi (ce mot fan signifie en français le nord ou l’amont).

 

Le groupe ethnique fan proprement dit, en effet se subdivise généralement en plusieurs sous-groupe ou branches et se repartit géographiquement de la manière ci après citée : les « Ewondo », les « Bulu », les « Ntumu » ces derniers se situent à cheval entre le Cameroun et le Gabon et la guinée Equatoriale .on trouve également au cameroun les « Bene », les « fan », et les « Eton » mêlés aux « fan » proprement dit qui ont donné le nom du groupe entier. on trouve les « okack » en guinée  équatoriale ,les « Mvèn » dans le département du haut Ntem à  Minvoul,non loin de là en territoire du congo dans la region de suanké ,on retrouve les fan mais leur nombre n’est pas aussi important qu’ailleurs .les « Zaman »habitent l’ogooué ivindo,alors que les « Betsi » se retrouvent à Mitzic ,à Medouneu et dans la région de l’estuaire du Gabon où on les retrouve mêlès aux Mekèn.ces derniers en effet,sont cantonnés dans le moyen-ogoués et dans l’ogooué Maritime,à leur groupe se rattachent les ossyéba.

 

  Comme toute la population du nord Gabon la population de mitzic est composée en grande majorité des fang.

Les fang qui étaient 125OOO en 1958 forment aujourd'hui plus du tiers de la population gabonaise dont ils occupent le nord ouest ils étaient 425000 en 1992.

 

 

® Memoire de Maitrise « la colonisation du Nord-Gabon,Woleu-Ntem,de 1902 à  1932 »

MBA Biyogho jean Paul Libreville, Septembre 1985.Département d’Histoire Université Omar Bongo.

 

 

 

 

     

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site